Kimai2: Time Tracker moderne et agréable

Hello la compagnie!

Depuis quelques temps je me suis remis à essayer de suivre mes heures de travail de façon un peu plus correcte que juste « à la louche » lol. Et j’ai commencé par tout simplement utiliser l’appli de « Time Tracking » que j’ai installé sur notre serveur nextcloud: https://nextcloud.nervtech.org/apps/timetracker

Alors oui, ça marche pas trop mal, je pouvais créer des « clients », des « projets », et suivre mes entrées sans trop de problème… Et puis à un moment j’ai voulu commencer à utiliser des « tags », et là paff! Message d’erreur de Nextcloud 😒

Erreur Time Tracker Nextcloud

Bon d’accord j’avoue, c’est pas non plus hyper violent comme bug: je pouvais très bien me débrouiller sans « tags »! Et d’ailleurs c’était ce que je me disais [même si en règle générale je n’aime pas laisser ce genre de petits bugs trainer derrière moi…]

Mais tout de même, par acquis de conscience, je me suis quand même mis à chercher pour voir si je ne trouvais pas un genre de « time tracker » gratuit que je pouvais héberger en local facilement avec un petit docker compose…. Et bien, je ne regrette pas d’avoir cherché un peu! 😁

Je suis tombé sur Kimai: https://www.kimai.org/fr/

Et j’ai même trouvé un article qui explique le déploiement avec docker-compose, donc, en deux temps trois mouvements, hop! voilà mon nouveau serveur de time tracking online: https://kimai.nervtech.org/ yeeeppeee ✌!

Kimai2 Time Tracker

Au début, j’ai eu un tout petit peu de mal à comprendre comment faire en sorte que le serveur affiche les heures en « locale » plutôt qu’en « UTC ». Mais à part ça, ça a l’air de fonctionner vraiment très bien! Je ne l’utilise pas depuis très longtemps, mais en tout cas ça me fait une très bonne première impression!👍

=> Reste juste à voir sur le long terme ce que ça donne, je vous tiendrai au courant 😉!

Fichier docker-compose.yml pour ce serveur

Comme je le disais plus haut, la config que j’ai utilisée provient principale de l’article que j’ai mentionné plus haut, mais histoire de garder une trace de mon côté, voici la version que j’utilise dans mon cas:

services:
  sqldb:
    image: mysql:5.7
    container_name: kimai_db
    environment:
      - MYSQL_DATABASE=kimai
      - MYSQL_USER=kimai
      - MYSQL_PASSWORD=kimai
      - MYSQL_ROOT_PASSWORD=kimai
    volumes:
      - ./db:/var/lib/mysql
    command: --default-storage-engine innodb
    restart: always
  nginx:
    image: tobybatch/nginx-fpm-reverse-proxy
    container_name: kimai_web
    ports:
      - 8094:80
    # user: "1000:1000"
    volumes:
      - ./public:/opt/kimai/public:ro
    restart: always
    depends_on:
      - kimai
  kimai:
    image: kimai/kimai2:latest
    container_name: kimai_server
    environment:
      - TZ=Europe/Paris
      - APP_ENV=prod
      - ADMINMAIL=xxxxxxxxxx@gmail.com
      - ADMINPASS=yyyyyyyyyyy
      - DATABASE_URL=mysql://kimai:kimai@sqldb/kimai
      - TRUSTED_HOSTS=nginx,localhost,127.0.0.1,kimai.nervtech.org,192.168.0.20
    volumes:
      - ./public:/opt/kimai/public
    restart: always

Voili voilou, c’est tout pour cette fois! A plus dans le bus les gens! 🖐

Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.